Conférence Anthropologie, nature et environnement I: Marie-Luce Gélard

Conférence de Marie-Luce Gélard, 10 février 2016 : Des corps brûlants : environnement et guérison dans le Sahara (Sud-Est marocain). L’exemple des bains de sable. 

Le cycle de conférence « Anthropologie, Nature et Environnement » s’inscrit dans le cadre des Rendez-vous anthropologiques organisés par le département d’anthropologie de l’Université Laval.

Biographie de la conférencière
(Pour plus d’informations, consulter la page de la conférencière : www.iremam.crns.fr/spip.php?article416)

Marie-Luce GÉLARD est anthropologue, maître de Conférences en anthropologie à l’université Paris-Descartes (HDR). Ses recherches se sont principalement concentré sur le contexte marocain, tant en milieu rural (Haut Atlas) que saharien (Sud-Est, tribu des Aït Khebbach). Si ses premiers travaux ont d’abord porté sur les perceptions des rapports de parenté, l’anthropologue a plus récemment exploré des thématiques à la conjoncture d’une anthropologie des corps et des sens. De plus, elle allie ces questions avec l’étude de la culture matérielle des objets, particulièrement les objets rituels. Ainsi, elle s’est notamment interrogée quant aux utilisations et aux symboliques de la matière du sable, et ce, toujours en contexte saharien. Ceci l’a amenée à documenter la pratique thérapeutique des bains de sable, une pratique de plus en plus populaire auprès d’un certain tourisme.

Résumé de la présentation

La présentation de Marie-Luce Gélard articulait des réflexions sur l’épistémologie des corps et le sable comme culture matérielle en contexte saharien marocain. Par quelles techniques, le sable devient-il matière prenante des quotidiens sahariens? Comment s’empreigne-t-il aux corps? Mais aussi, comment les corps s’empreignent-ils à cette matière? Si l’anthropologue a discuté d’une diversité de rapports sensoriels et culturels avec cette matière environnementale grandement valorisée dans le Sahara, ce court résumé se concentre toutefois sur une facette tout à fait intéressante des rapports socio-environnementaux : les aspects thérapeutiques de la nature pour les humains par le biais des bains de sable, une pratique qui prend de plus en plus ampleur.

Cette pratique curative, conduite en pleine période estivale, là où les températures sont les plus chaudes, implique l’immersion des corps dans le sable brûlant. Cette cure est recherchée par plusieurs émigrés et citadins habitant les régions côtières et qui sont affectés par différentes maladies associées aux zones humides. Ainsi, les curistes cherchent à guérir de leur corps malade, un corps marqué par l’humidité. En étant immergé dans le sable, la chaleur aspire alors le froid du cœur, l’eau du corps. L’environnement devient salvateur et guérisseur des blessures de la vie. Toutefois, l’engouement pour les bains de sable thérapeutique transfigure le paysage saharien, notamment par l’important achalandage engendré par le tourisme curatif qui contribue au phénomène d’urbanisation des villages sahariens. 

De plus, nous pouvons nous questionner à savoir si les bains de sable thérapeutiques sont une invention pour servir un nouveau tourisme offrant des possibilités économiques importantes pour une population saharienne ou s’ils sont une re-création d’une tradition ayant toujours existé. Au-delà des débats d’authenticité, ils constituent avant tout une activité qui permet de laisser l’empreinte de l’environnement sur les corps des praticiens.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter les deux bibliographies suivantes.

 Richard Dumez (Museum national d’Histoire naturelle, Paris) est le prochain invité du cycle de conférences « Anthropologie, nature et environnement ». Sa présentation s’intitule: « Conservation de la nature : quel rôle pour l’ethnoécologie?» Rendez-vous le 13 avril 2016  de 12h00 à 13h30 au local DKN-5325 à l’Université Laval.

 

Bibliographie de l’auteure

— 2016, « L’anthropologie sensorielle en France. Un champ en devenir ?», L’Homme, 1 (216): 91-107 

— 2014.« Les « Bains de sable » dans le Tafilalt», In Sébastien Boulay et Marie-Luce Gélard (dir.), Vivre le sable ! Corps, matière et sociétés, Techniques & Culture, 61 : 100-121.

— 2013, Corps sensibles. Usages et langages des sens, Nancy : Presses universitaires de Nancy et Éditions universitaires de Lorraine.

— 2007, « Le roseau protecteur », Techniques & Culture, 48-49: 61-84.

 

Bibliographie thématique

 Boulay, Sébastien et Marie-Luce Gélard (dir.), 2013. « Vivre le sable! Corps, matière et sociétés », numéro thématique de Techniques&Culture, 61.

 Classen, Constance, 1997. « Fondements pour une anthropologie des sens », Revue internationale des sciences sociales, 153 (septembre) : 437-449.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s